Quels sont les types d’agriculture ?

Publié le : 12 juillet 20239 mins de lecture

Les types d’agriculture correspondent aux nombreuses façons de produire et de cultiver des aliments. Ils varient en fonction des caractéristiques de l’environnement choisi pour exercer cette activité, telles que les conditions climatiques, le relief, la topographie, la composition du sol et la demande de production existant dans la région. En outre, les modèles agricoles peuvent également être classés en systèmes agricoles, qui se différencient par la taille de la zone de culture et le taux d’extraction, en étant intensifs ou extensifs.

L’agriculture intensive est une production agricole qui nécessite une grande quantité de travail et d’investissements pour augmenter le rendement de la terre. On y trouve couramment l’utilisation de machines lourdes, de pesticides et de produits agrochimiques. Grâce à cela, la production agricole développe une productivité et un profit importants.

À l’opposé, nous avons l’agriculture extensive, caractérisée par des techniques traditionnelles, telles que la rotation des cultures, et l’absence de technologies avancées. Elle dépend donc uniquement de la fertilité du sol et d’une bonne gestion, ce qui se traduit le plus souvent par une faible productivité.

Agriculture de subsistance ou familiale

L’agriculture de subsistance, également appelée agriculture familiale ou traditionnelle, correspond à la production agricole développée par des familles, dont les revenus sont entièrement tournés vers leur propre subsistance. Généralement, ces familles vivent sur les mêmes terres que celles sur lesquelles elles développent l’activité agricole.

Ce type d’agriculture n’utilise pas d’engrais ni de techniques d’adaptation du sol. En général, les terres utilisées pour l’agriculture de subsistance sont de petites propriétés rurales. Il convient de noter qu’elle représente environ 80 % de la production alimentaire mondiale. Un type d’agriculture extrêmement important pour l’économie et la sécurité alimentaire.

L’agriculture commerciale ou l’agriculture moderne

L’agriculture commerciale, également appelée agriculture moderne ou agrobusiness, se caractérise par le développement de son activité agricole à travers la monoculture produite à grande échelle et sur de grandes propriétés. En outre, elle utilise des techniques agricoles modernes, telles que les engrais, les engrais chimiques, les pesticides, les insecticides, les semences transgéniques, les machines et la main-d’œuvre qualifiée.

L’agriculture commerciale utilise la technologie en faveur d’une plus grande productivité dans les champs et élimine une grande partie du travail humain, ce qui conduit à l’exode rural et à l’urbanisation qui en découle.

Agriculture biologique

On définit la production biologique comme un processus productif engagé dans l’organicité et la salubrité de la production d’aliments vivants, afin de garantir la santé des êtres humains, en utilisant des technologies appropriées à la réalité du site de production. Le processus de production biologique n’utilise pas de pesticides et favorise la restauration et le maintien de la biodiversité.

En outre, l’agriculture biologique utilise des engrais naturels, tels que la fertilisation au moyen de légumineuses fixatrices d’azote, l’engrais organique issu du compostage, la culture de vers, la gestion de la végétation indigène et la rotation des cultures, l’utilisation rationnelle de l’eau et d’autres techniques qui s’adaptent à la réalité locale.

Agriculture biodynamique

L’agriculture biodynamique est un modèle de production agricole qui n’utilise pas d’engrais chimiques, d’herbicides, de semences transgéniques, d’antibiotiques ou d’hormones. C’est pourquoi elle est souvent associée et confondue avec l’agriculture biologique. La méthode, créée par Rudolf Steiner en 1924, peut être considérée comme une branche de l’anthroposophie qui vise à comprendre plus profondément les relations entre les êtres humains, la terre et le cosmos.

L’agriculture en elle-même est toujours une activité qui a un impact, plus ou moins important. Steiner a donc proposé des moyens de rétablir les équilibres rompus par l’utilisation de préparations biodynamiques afin que les activités agricoles ne compromettent pas l’ensemble du système. Dans ce modèle d’agriculture, la ferme est considérée comme un organisme vivant dont la santé dépend des interactions entre ses éléments à l’intérieur et à l’extérieur de la ferme. La biodynamie cherche ainsi à maintenir un cycle de production cohérent avec son territoire, les espèces utilisées et leurs cycles naturels.

Agriculture régénératrice

Le terme « agriculture régénératrice » a été inventé par l’Américain Robert Rodale, qui a utilisé les théories de la hiérarchie écologique pour étudier les processus de régénération des systèmes agricoles au fil du temps. Il s’agit d’un concept lié à la possibilité de produire en récupérant les sols. Sa proposition vise à régénérer et à maintenir l’ensemble du système de production alimentaire, y compris les communautés rurales et les consommateurs. Cette régénération de l’agriculture devrait prendre en compte, outre les aspects économiques, les questions écologiques, éthiques et d’égalité sociale.

L’entretien des sols est un aspect important de l’agriculture régénératrice. Grâce à ses pratiques agricoles, il est possible de récupérer des sols appauvris et d’en assurer une bonne utilisation. Dans ce contexte, sa production est durable et valorise les micro-organismes présents dans le sol, car ils sont essentiels à l’entretien de la terre. Par conséquent, l’un des mécanismes de ce type d’agriculture est le développement et l’utilisation de biofertilisants préparés à partir d’une matière première naturelle, qui sont ensuite mis à la disposition de l’agriculteur. Ces biofertilisants enrichissent le sol et profitent aux cultures grâce aux micro-organismes.

Agriculture synthropique

L’agriculture synthropique est le terme donné à un système agricole agroforestier basé sur le concept de syntropie. Elle se caractérise par l’organisation, l’intégration, l’équilibre et la préservation de l’énergie dans l’environnement. Ce système agricole s’inspire de la dynamique naturelle des écosystèmes qui n’ont pas subi d’interférence humaine pour une gestion durable.

L’idée générale de l’agriculture syntropique est d’accélérer le processus de succession naturelle à l’aide de deux techniques : le désherbage sélectif, qui consiste à éliminer les plantes pionnières indigènes à maturité, et l’élagage des arbres et des arbustes, qui sont ensuite distribués sur le sol comme engrais, ce qui permet d’accroître la disponibilité des nutriments pour ce dernier.

Les produits chimiques ou organiques qui ne proviennent pas de la zone cultivée elle-même ne sont pas non plus utilisés dans l’agriculture syntropique. Les insectes et les organismes vivants qui peuplent les zones de culture sont considérés comme des indicateurs des déficiences du système et aident l’agriculteur à comprendre les besoins ou les échecs de cette culture.

Agriculture et biodiversité

L’agriculture biologique peut être définie comme « un système de production holistique qui promeut et améliore la santé de l’écosystème agricole en favorisant la biodiversité, les cycles biologiques et l’activité biologique du sol. Elle privilégie l’utilisation de bonnes pratiques de gestion à la ferme plutôt que l’utilisation d’intrants externes, en gardant à l’esprit que les systèmes de production doivent être adaptés aux conditions régionales. Pour ce faire, on a recours, chaque fois que possible, à des méthodes culturales, biologiques et mécaniques plutôt qu’à des matières synthétiques », selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Le système d’agriculture biologique vise à optimiser la santé et le bien-être des animaux, des cultures et des humains, tout en préservant et en améliorant l’environnement sur et autour de l’exploitation. Pour ce faire, cette pratique agricole n’utilise pas d’engrais, de pesticides et d’insecticides synthétiques et applique des techniques de production qui augmentent la fertilité naturelle du sol et réduisent l’incidence des ravageurs, des maladies et des mauvaises herbes dans les cultures.

Permaculture

La permaculture est une méthode et une philosophie de vie. Les principes de la permaculture stipulent que les besoins humains sont liés à des solutions durables, en prenant toujours en considération l’équilibre entre les écosystèmes et le respect des autres.

Il s’agit d’une méthodologie de travail qui, selon ses créateurs, stimule le développement durable allié à un environnement productif dans les zones rurales et urbaines. Il s’agit d’un système dans lequel l’habitant, la maison et l’environnement sont intégrés dans le même organisme vivant.

L’agriculture spatiale

Différente de tous les types d’agriculture, l’agriculture spatiale correspond à un modèle de culture réalisé sur une station spatiale. Sa création et son avancement sont pertinents pour les voyages spatiaux de longue durée, qui nécessitent plus de nourriture.

Malgré une application possible, des améliorations sont encore nécessaires pour surmonter certaines difficultés imposées par un environnement sans soleil et sans atmosphère, comme le besoin d’eau et de nutriments en permanence.

Plan du site